Dodge a prévu trois grandes premières pour 2022.

Le teaser de la voiture en question est apparu dans une vidéo publiée en juillet 2021. Mais ensuite, le patron de l’entreprise, sans entrer dans les détails, a promis de lancer le premier muscle car électrique au monde en 2024.

Lors du salon de l’automobile de Los Angeles, des représentants de Motor Authority et de Motor Trend se sont entretenus avec Tim Kuniskis, PDG de Dodge, et ont découvert des détails curieux sur les projets de la marque pour les deux prochaines années. En février dernier, le patron avait annoncé la fin du moteur V8 6,2 à compresseur et, dans le même temps, le démantèlement de la division SRT. Aujourd’hui, Kuniskis a clarifié le sort des modèles dont le nom est précédé du préfixe Hellcat : « J’aurai cette voiture, cette plateforme, ce groupe motopropulseur tel que nous le connaissons, d’ici la fin de 2023. Il y a encore deux ans pour acheter l’Hellcat, et ensuite elle deviendra de l’histoire ancienne ». Mais nous verrons le concept d’un muscle car purement électrique plus tôt que nous le pensions, au premier trimestre de 2022.

Kuniskis a attribué l’abandon progressif des puissants huit à la difficulté de se conformer aux normes d’émissions (CAFE) et aux amendes imminentes (en août, le régulateur NHTSA a déclaré qu’il pourrait infliger à Stellantis une amende pouvant atteindre 609 millions de dollars). Le premier à disparaître des Hellcats sera le crossover Durango SRT Hellcat de 720 chevaux, qui est un modèle de 2021 exclusivement.

Le chef de Dodge a expliqué que le concept 2022 sera une voiture entièrement fonctionnelle, capable d’une conduite dynamique. Nous verrons donc non seulement le prototype de l’apparence de la future « voiture électrique » de série, mais nous en apprendrons également les caractéristiques techniques. Le patron a promis de divulguer la technologie originale développée pour ce modèle, qui est brevetée par le groupe Stellantis. On sait également que le modèle utilisera la plateforme électrique STLA Large, qui donne une autonomie de 800 km et une puissance (avec deux moteurs) allant jusqu’à 660 kW (897 ch).

Les Dodge Charger et Challenger SRT Hellcat Redeye Widebody Jailbreak ont été présentés la semaine dernière. Les moteurs 6.2 sont portés de 808 à 818 ch (comme la SRT Super Stock). Pour eux, les restrictions sur les combinaisons de couleurs possibles ont été supprimées. Et les teintes sont au nombre de sept pour les sièges, les bandes de carrosserie et les roues, de six pour les étriers de frein, de quatre pour le volant, les ceintures de sécurité et les tapis. Il existe cinq versions de badges. Et c’est sans compter la palette de carrosserie elle-même.

Une touche intéressante : sur le nez de la voiture électrique apparaîtra un badge triangulaire Fratzog, utilisé sur les Dodges de 1962 à 1975. Le signe Fratzog avec ses trois formes en delta, selon l’idée des concepteurs de l’époque, évoquait des associations avec l’ingénierie aérospatiale et était destiné à attirer l’attention sur des modèles prometteurs. Au fil du temps, ce triangle, que l’on retrouve à la fois sur les voitures elles-mêmes et dans les manuels d’utilisation, est devenu une sorte de symbole de puissance et d’excellence technique. Le passage à l’ère électrique est une bonne raison de faire revivre cette marque historique.

Le Fratzog était utilisé non seulement comme emblème sur la calandre, mais aussi comme bouton de klaxon, plaque signalétique sur le porte-bagages ou sur le couvercle du coffre.
L’année suivante apportera deux autres premières pour la marque. Il s’agit du scintillant hybride rechargeable Dodge qui est dans les plans pour la préoccupation. Son identité n’a pas été révélée par Kuniskis, mais il a mentionné qu’il s’agit d’une nouvelle voiture, sans rapport avec les voitures connues. Il y a encore moins de données sur la troisième première. Le chef de la marque a seulement dit : « Vous allez l’adorer. »

Tout cela fait partie du plan de deux ans de Dodge intitulé Never Lift (qui implique apparemment le désir de ne jamais lever le pied de l’accélérateur). Entre autres choses, la société a promis de donner des « nouvelles de produits » tous les trois ou quatre mois. Est annoncé le retour de la marque de pièces Direct Connection pour créer des versions hautes performances des voitures sans violer la garantie d’usine et les réglementations sur les émissions. Et aussi, la formation d’un réseau de concessionnaires Power Brokers pour vendre et installer de telles pièces et ensembles, des packs de relance légaux. Sur les 2 500 concessionnaires actuels aux États-Unis, 100 deviendront des centres Power Brokers dans le cadre du programme pilote, et d’autres suivront ultérieurement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

6 + vingt =